Philippe HIRIART – Prix « Engagement du maître d’apprentissage » – 2015

Philippe Hiriart est le lauréat 2015 du Prix du maître d’apprentissage dans la catégorie « Engagement du maître d’apprentissage ». Découvrez son témoignage…

 

Portrait d’un artisan passionné…

C’est une personnalité : charismatique, volubile, un fonceur comme on n’en fait plus. “Une grande gueule quoi”, lâche t-il avec le sourire.

C’est lui qui le dit. Un pédagogue aussi, qui se nourrit de deux valeurs : former et transmettre. Lui-même a appris son métier aux côtés de son père et de ses oncles. À la dure, sans passe-droit. L’est-il avec ses apprentis ?

Pas sûr… Derrière la massive carcasse de ce spécialiste des arts-martiaux se cache un coeur gros comme ça ! Remarquez, dans le choix de ses apprentis, l’ex. capitaine de l’équipe de Corée du Sud (et actuel de l’Algérie) lors de la coupe du monde de pâtisserie trouve là aussi le moyen de se distinguer : “À mes yeux, notre métier est unisexe.

J’accueille donc aussi bien des garçons que des filles. Et de tout horizon ! Singapour, Brésil, Corée du Sud etc. le monde entier a rendez-vous rue Paul-Bert à Lyon.”

Philippe s’amuse à faire apprendre. Il kiffe son job ! “Chaque nouvel arrivant est confronté au même exercice : quelques grammes d’un ingrédient et hop, montre-moi ce que tu sais faire. Je ne regarde pas vraiment la technicité, de toute façon l’élève est là pour apprendre. Son sens pratique, son esprit créatif, sa détermination et sa résistance au stress sont beaucoup plus marquants pour moi.”

Plus qu’un métier, au sein de la Maison Hiriart, c’est une philosophie de vie que l’on apprend : “Nous fêtons les anniversaires de tout le monde.

Nous préparons les examens ensemble. Je les incite tous à pratiquer une autre langue que la leur. Je n’hésite pas à leur faire essayer des pratiques inédites comme la taille sur glace.

Nous formons des professionnels certes, mais surtout des hommes.” Altruiste, c’est un homme réaliste qui appréhende sa mission de maître d’apprentissage : “Former… c’est déformer quelqu’un. C’est lui faire acquérir notre vision, notre technicité, l’amener à penser comme nous.

Son conseil aux maîtres d’apprentissage :
“Adaptez son management à chaque élève. Selon la personnalité de l’apprenti, sa sensibilité, son passé, la posture n’est évidemment pas la même : tantôt le père, tantôt le grand-frère, tantôt père fouettard, l’équilibre est permanent.”

Vous vous rendez compte de la responsabilité qui nous incombe ?” Ses apprentis ont en tous les cas bien compris les leurs.

Taux d’échec chez Philippe Hiriart ? O % ! Un coréen et une brésilienne détiennent même les meilleures notes : 17 et 17,80 !

Meilleur Ouvrier de France en 2011 (en glacerie), ce père de deux enfants prévoit de “rentrer” en Corée du Sud, le pays de son épouse où il a déjà vécu pendant trois ans.

D’ici là, il s’astreint à un objectif très clair : zéro échec aux examens !

Son conseil aux apprentis :
“Motivé, sérieux, un apprenti qui se donne les moyens de réussir, réussit toujours ! Arrêtons de mettre en exergue les 5 % de jeunes qui ne font rien, l’immense majorité de notre jeunesse est extraordinaire !